En juillet 2016, le Conseil d`administration de la NARP a adopté l`utilisation du modèle de gouvernance des politiques du Conseil pour guider et orienter ses actions et ses délibérations. Le Conseil d`administration est l`organe directeur de l`Association, responsable de la direction ultime de la gestion des affaires de l`organisation. Le Conseil d`administration est responsable de l`élaboration des politiques, tandis que les employés (et, dans une certaine mesure, les officiers) sont responsables de l`exécution de la gestion quotidienne pour mettre en œuvre la politique du Conseil d`administration. Toutefois, la responsabilité juridique ultime des actions (et des inactions) de l`Association incombe au Conseil d`administration. Les membres n`ont pas d`autorité de gestion, car cette autorité est détenue par le Conseil d`administration. Toutefois, les lois sur les sociétés à but non lucratif de l`État réservent généralement aux membres le droit d`enlever les officiers et les administrateurs et de modifier les statuts constitutifs de l`Association, entre autres droits. En vertu des statuts de certaines associations, certaines questions, telles que la modification des statuts ou l`élection des dirigeants et des administrateurs, doivent être soumises à l`adhésion pour un vote. Toutefois, la plupart des autres questions ne sont généralement pas soumises à la totalité des membres, mais sont plutôt gérées par le Conseil, un ou plusieurs de ses comités, ou par les dirigeants ou les employés de l`Association. Pour éviter la responsabilité antitrust, les associations devraient adopter un programme formel de conformité antitrust, et cette politique devrait être distribuée régulièrement à tous les officiers d`association, les directeurs, les membres du Comité et les employés. La politique devrait exiger, entre autres conditions, que toutes les réunions d`association soient programmées régulièrement — avec des agendas préparés à l`avance et examinés par un conseiller juridique — et que les membres soient interdits de tenir des réunions de “croupe”.

Les dirigeants, les administrateurs, les membres du Comité et les bénévoles de votre association sont-ils absolument clairs quant à leurs rôles et responsabilités au sein de la structure de gouvernance de l`Organisation? Sûrement pas. Certains droits et obligations sont déterminés par la Loi, d`autres par vos propres statuts constitutifs et règlements, et d`autres encore par des politiques écrites et des procédures plus informelles. La loi oblige donc une association à prendre des mesures raisonnables pour s`assurer que la portée de ses mandataires est claire pour les tiers et que les agents (par exemple, les dirigeants, les administrateurs et les membres de comités) ne sont pas en mesure de se tenir à des tierces parties comme ayant autorité au-delà de ce qui leur a été conféré par l`Association — par exemple, en réglementant l`accès à la papeterie d`association. Dans l`affaire 1982 de la société américaine de génie mécanique v. Hydrolevel, la Cour suprême des États-Unis a déterminé qu`une association peut être tenue responsable des actions de ses dirigeants, administrateurs et autres bénévoles (y compris les actions qui lient l`Association financièrement), même lorsque l`Association ne connaît pas, n`approuve pas ou ne profite pas de ces actions, tant que le bénévole semble raisonnablement aux étrangers d`agir avec l`approbation de l`Association (c.-à-d. avec son «autorité apparente»). La Cour suprême a précisé que les associations doivent être tenues strictement responsables des activités des bénévoles qui ont même l`apparente autorité de l`Association. Même si un bénévole d`association n`a pas le pouvoir d`agir d`une manière particulière au nom de l`Association, la loi tiendra néanmoins la responsabilité de l`Association si des tiers croient raisonnablement que le bénévole a une telle autorité. Ignorance délibérée et actes répréhensibles intentionnels.

Les administrateurs ne peuvent pas rester volontairement ignorants des affaires de l`Association. Un administrateur nommé trésorier, par exemple, avec une connaissance limitée de la finance, ne peut pas simplement s`appuyer sur les représentations et les rapports du personnel ou des auditeurs qui «tout va bien» avec les finances de l`Association. En outre, les dirigeants et les administrateurs qui agissent en dehors ou abusant de leur autorité en tant que dirigeants et administrateurs peuvent être assujettis à la responsabilité personnelle découlant de ces actions. En outre, les dirigeants ou les administrateurs qui, au cours des travaux de l`Association, causent intentionnellement des blessures ou des dommages à des personnes ou à des biens peuvent être personnellement responsables, même si l`activité a été effectuée au nom de l`Association.